Téléphone intelligent : l’usage du paiement mobile en progression au Québec

En 2017, c’est 8 % des adultes québécois détenteurs de téléphones intelligents qui disent avoir utilisé leur appareil afin de payer des achats en magasin par le biais d’applications comme Apple Pay ou Android Pay – un taux qui, bien qu’il semble demeurer marginal, a toutefois doublé comparativement à 2016 : voilà l’une des statistiques révélées par le CEFRIO dans le volet Usage du téléphone intelligent de l’enquête NETendances 2017 rendu public le 27 juin.

Selon les groupes d’âge, ce sont les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans qui sont les plus nombreux (14 %) à avoir utilisé ce mode de paiement en magasin. C’est le cas également des diplômés universitaires (10 %) et des hommes (10 %).

« En magasin, les adultes québécois semblent actuellement plutôt enclins à utiliser leurs appareils mobiles pour rechercher de l’information : une pratique courante pour 47 % de ceux et celles qui en détiennent », indique Claire Bourget, directrice principale Recherche marketing au CEFRIO.

Ceux-ci y comparent ainsi les prix avec ceux des concurrents (36 %) ou encore on y recherche des compléments d’information sur un produit (34 %).

Les adultes québécois friands de leurs appareils mobiles

Six adultes québécois sur dix (62 %) détenaient un téléphone intelligent en 2017, ce qui représente une hausse de 4 % comparativement à 2016. De ceux-ci, c’est un peu plus de trois sur quatre (77 %) qui l’utilisent au moins une fois par jour afin d’accéder au Web.

D’ailleurs, la plupart des Québécois.e.s détenant un téléphone intelligent (75 %) dispose également d’un forfait de données, forfait qui, pour 57 % des propriétaires, est de 1 Go ou plus.

L’usage des réseaux sans-fil pour la connexion au Web est elle aussi le fait de la majorité : 87 % des détenteurs de téléphones intelligents ont dit avoir utilisé un réseau sans fil à l’extérieur de leur domicile en 2017, une croissance de 9 % comparativement à 2016.

De façon générale, les adultes québécois détenant un téléphone intelligent jugent que leur utilisation d’Internet sur leur appareil n’a pas changé au cours des six derniers mois. Néanmoins, c’est près d’un sur cinq (19 %) qui admet que son utilisation a augmenté en 2017.

Téléphones intelligents : un marché arrivé à maturité?

Si certains usages sont légèrement en hausse, le marché des appareils mobiles, lui, semble avoir atteint une certaine maturité. Parmi les adultes québécois, très peu (10 %) ont l’intention d’acheter un téléphone intelligent au cours des douze prochains mois.

« Il s’agit ici, dans la plupart des cas, d’achats effectués pour remplacer des appareils pour des modèles plus récents, plutôt que de nouveaux utilisateurs : 70 % des adultes québécois ayant l’intention d’acheter dans les prochains mois sont déjà détenteurs de téléphones intelligents. À l’inverse, dans le cas de tablettes, ce sont surtout de nouveaux acquéreurs (60 %) qui composent la majorité des adultes québécois ayant l’intention d’en acheter une (5 %) », poursuit Claire Bourget.

Une plus faible proportion de Québécois.e.s (2 %) a l’intention d’adopter la montre intelligente.

Par ailleurs, on remarque que le taux d’adoption de la tablette électronique et de la montre intelligente est demeuré stable en 2017, atteignant respectivement 52 % et 4 % des adultes québécois. On peut également observer que les détenteurs de téléphones intelligents sont significativement plus nombreux à détenir également une tablette électronique (62 %) ou une montre intelligente (6 %).

Découvrez l’ensemble des données et analyses, graphiques, tableaux et notes méthodologiques : http://cefr.io/v8n9